Perlimpinpin

A la fin du film, une chanson de Barbara s’impose : Perlimpinpin.

Car un enfant qui pleure qu’il soit de n’importe où
est un enfant qui pleure
Car un enfant qui meurt au bout de vos fusils
est un enfant qui meurt
Que c’est abominable d’avoir à chosir entre deux innocences
Que c’est abominable d’avoir pour ennemi les rires de l’enfance

Elle parle de la même violence, de la même nécessité de garder l’innocence de l’enfance, de la même résilience rendue possible par le regard des autres et l’amour des adultes.

Barbara était elle-même juive.

Nous avons choisi Manu Galure pour l’interpréter. Sa démesure et sa sensibilité nous ont convaincus .

Respiration - Manu Galure